« Depuis la fin des années 60 aux États-Unis, un cri jaillit des bombes de peintures pour 
revendiquer l’espace urbain.
Fini la déshumanisation de l’urbanisme et l’élitisme artistique, l’art d’aujourd’hui se pratique pour tous et dans la rue.
 Il suffit de se promener pour constater la diversité des techniques employées : le graffiti, le pochoir, le collage, la mosaïque. Heureusement que tout est bien emballé dans le terme Street Art, une jolie étiquette fourre-tout qui sonne si bien en anglais. »

Extrait de Street Art, 50 secrets de l’art urbain,
Marc Renaud et Junle, Mango Éditions

oeuvres du mauma
Aurélie Masset, Pissenlit, 2020


Tina et Charly, Mémoire d’une balade, 2021

Le Musée des arts urbains de MArseille, est un projet collaboratif de parcours d’art urbain à ciel ouvert, accessible et gratuit pour tous.

Levier de transformation urbaine, il réunit les artistes, les acteurs économiques et associatifs, les universitaires ainsi que les habitants sur le territoire de l’arrière-port de Marseille.

Un projet culturel levier de transformation urbaine et de développement territorial.

Un projet fédérateur réunissant les différents acteurs du territoire.

Un projet innovant qui place l’art au service de l’inclusion sociale et de l’insertion professionnelle.

oeuvres du mauma
Mahn Kloix, Tursunay Ziawudun, 2021
© Photographie réalisée par Fabio Calmettes

MauMA, c’est quoi ?

Le MauMA est un parcours d’arts urbains qui vise, au cours des six prochaines années, à relier et fédérer les acteurs locaux œuvrant sur le territoire marseillais par une densification des propositions artistiques dans les espaces publics (fresques murales, mobiliers urbains, sculptures, projections, mosaïques, etc.). Ce parcours cartographié, vise les sites et infrastructures existantes, les nouveaux aménagements liés aux plans de rénovation urbaine et les nouvelles constructions d’habitats du secteur de l’arrière-port, territoire s’étalant du centre-ville aux quartiers Nord de la ville de Marseille, nouveau triangle d’or partant du MUCEM, jusqu’au Marché aux Puces en passant par la Friche la Belle de Mai.
 

MauMA, l’ambition

À même les murs, parcs, jardins, rues, l’art urbain couvre de nombreux espaces publics de Marseille qui connaît un bouillonnement artistique sans précédent, révolution qui a souvent lieu hors des musées et des galeries. Dans une volonté d’assumer et de valoriser cette identité de la culture urbaine, le parcours culturel proposé par le MauMA souhaite d’une part rendre hommage au patrimoine artistique marseillais et d’autre part développer le potentiel de nouvelles fresques monumentales en créant une centaine de nouvelles œuvres qui viendront compléter les murs existants.

Le déploiement d’un parcours d’arts urbains à ciel ouvert sur l’arrière-port de Marseille, fera de ce territoire un des plus grands spots à l’international inspiré du WynwoodWall à Miami, du Street Art Tour de Paris ou de la Comuna 13 à Medellin.

MauMA, c’est où ?

Les œuvres créées seront situées sur l’arrière-port de Marseille, à cheval sur les 2ème, 3ème, 14ème et 15ème arrondissements de Marseille. Chaque territoire concerné par le MauMA aura un parcours pédestre et accessible en transports en commun (métro, bus, tramway, station de vélo et trottinette) permettant ainsi un accès simple et rapide aux visiteurs.

La volonté est de relier les œuvres existantes sur ce territoire et les nouvelles œuvres créées sous la forme d’une « entité » ou d’un « label » afin de valoriser les artistes et producteurs par la création d’un site internet interactif permettant d’identifier et d’informer sur les œuvres, les artistes et également les commanditaires et les lieux culturels du territoire.

 

Les impacts du MauMA sur le territoire

Développer l’économie locale par un projet d’insertion des jeunes dans les métiers de l’art et du bâtiment.
 
Développer l’accès à la culture en concertant et en mobilisant les habitants et les usagers.
 
Développer l’attractivité d’un territoire enclavé en revalorisant ses espaces publics grâce aux arts urbains.
En proposant un parcours adapté, le MauMA entend répondre aux besoins du territoire et des acteurs locaux, à savoir les habitants, les acteurs culturels, les pouvoirs publics, les artistes, les entreprises, etc. Depuis le lancement en février 2021, l’équipe a rencontré et sollicité de nombreux acteurs du territoire (environ 220). Ces premières rencontres ont permis d’observer un accueil très favorable au projet et de confirmer sa faisabilité. Les échanges ont également rendus possible le recensement de nombreux besoins et permettent d’enrichir cette version renouvelée du projet.
Pensées dans une dimension implicative, les œuvres seront réalisées en collaboration avec un comité de sélection modulable selon les spécificités de chaque projet et capable de répondre à l’opinion publique, recensée via des outils de concertation. Également inscrites dans une démarche participative, certaines productions pourront être faites en incluant des personnes inscrites dans des parcours d’insertion professionnelle (initiation, formation, etc.), chantiers pédagogiques qui seront accompagnés par des professionnels de l’accompagnement vers l’insertion.

La culture urbaine à Marseille

À la fin des années 1980, Marseille City Breakers, groupe de breakdance de quatre danseurs organise un battle mythique au kiosque de la Canebière réunissant tous les jeunes adeptes de l’époque. Dans les années 1990, le foisonnement d’artistes implantés à la Friche Belle de Mai et la multiplication des projets et équipements culturels d’envergure ont permis d’ancrer cet engouement pour la culture urbaine dans des lieux et espaces publics dédiés. 
 
Par la suite, la culture Hip-Hop est restée très présente à Marseille ; ville de naissance de groupes de rap emblématiques tels que IAM, Fonky Family, Psy 4 de la Rime, Black Tiger Force, et d’artistes pionniers du Street Art comme Basto, Noyps et Abel.

Les sites dédiés se sont depuis développés dans les quartiers du Cours Julien, La Plaine et Noailles, et plus récemment à la cité la Visitation, au marché aux Puces dans le 15ème, au Couvent Levat dans le 3ème, ou encore le long de la L2.

En 2013, la culture Hip-Hop, est toujours fortement représentée à Marseille et touche toutes les disciplines artistiques sans pour autant être mise en avant lors de « Marseille, Capitale européenne de la Culture ». Cette culture urbaine resurgit sur le haut de l’affiche avec la sortie de l’album « 13 organisé » en octobre 2020, réunissant la fine fleur du rap marseillais, toutes générations confondues : Jul, Akhenaton et Shurik’n du groupe I AM, SCH et Naps, Alonzo et l’Algérino. L’album est le plus écouté en France au moment du passage à 2021 (classement Deezer).

 

C’est dans la lignée de cet héritage et de cette effervescence artistique que le MauMA souhaite valoriser et ancrer cette identité forte à Marseille pour en faire un atout d’attractivité sur un secteur qui mérite pleinement d’être intégré à la dynamique de la ville : le territoire de l’arrière-port. MauMA s’inscrit sur un terrain déjà fertile de propositions artistiques visibles dans l’espace urbain de Marseille.